Ce talent qui sommeille en vous

Reconversion

© 24 heures, 22.11.2018

Bien qu’on ne puisse pas prévoir les changements concrets vers lesquels les avancées technologiques nous mènent, on sait que ceux-ci seront énormes. 


Fort de ce constat, chacun peut s’adonner au développement de la poignée de compétences qui permet de maintenir sa capacité d’action dans un environnement changeant, et ainsi maintenir son employabilité sur le futur marché du travail (objet de notre dernier article).

De plus, les notions de « talent » et de « potentiel » deviendront un véritable incontournable pour recruter. Néanmoins, un tournant se profile dans la manière dont ces notions sont utilisées par les organisations et par les individus.

Intuitivement, le talent est lié à l’idée d’un don inné, et il est utilisé ainsi dans bon nombre d’entreprises. Si l’on caricature un peu, le talent peut être personnifié par un jeune brillamment diplômé, ou par un employé senior fort d’une longue carrière. Dans ces cas-là, la notion de talent est plutôt élitiste. Elle peut d’ailleurs engendrer des dégâts collatéraux lorsqu’elle n’est pas clairement définie, car elle implique la question « comment devient-on un talent ? », dont la réponse est souvent inexistante en entreprise - on est ou on n’est pas un talent, mais on ne sait pas expliquer comment on accède à ce statut.

La notion de potentiel est tout aussi floue mais plus facile à justifier, car elle se base sur une idée de développement et non de qualités innées, mais ces deux termes sont largement utilisés comme des synonymes.

Le changement qui se profile pour ces notions se trouve dans le passage de concepts flous et élitistes à des concepts clairement définis, plus humains et accessibles. On ne devrait donc plus entendre la formulation « être un talent », mais plutôt « avoir un ou plusieurs talents ». Ainsi, il deviendra plus facile à la fois d’identifier si l’on correspond aux qualités qu’une entreprise recherche, et de choisir si l’on souhaite se développer dans les aspects recherchés.

Chacun a, à un moment et dans un contexte donné, à la fois un talent propre et un potentiel de développement dans ce qu’il apporte à l’entreprise. Aujourd’hui déjà, les organisations identifient plus distinctement leurs besoins en compétences afin de recruter de manière ciblée. Tout comme le monde du travail se doit de préciser les qualités recherchées, il en va de la responsabilité de chacun de connaître ses forces et ses points d’amélioration.

Demandons-nous : sur quels aspects du travail ou de la vie en général ai-je le plus de facilité, de difficultés ? Sur quoi est-ce que je reçois régulièrement du feedback positif, négatif ? etc. Le marché nous impose ces questions aujourd’hui, et ce sera encore davantage le cas demain.

Profitons-en pour devenir acteurs de notre développement professionnel : questionnons-nous sur ce que l’on peut apporter pour créer de la valeur au sein de l’entreprise, tout en capitalisant sur les forces qui nous sont propres et en choisissant de travailler sur certaines de nos zones d’ombre.

Marielisa Autieri
Consultante
  

24 heures