Les compétences de demain : comment se démarquer sur le futur marché de l’emploi ?

Monde de l'emploi

© 24 heures, 11.10.2018

On entend souvent aujourd’hui que le monde évolue à une vitesse record. Ceci impacte forcément les besoins des entreprises en termes de compétences et donc, le marché du travail en général. Outre le défi que cela représente pour les sociétés et leur gestion des ressources humaines, il est nécessaire de se questionner également en tant qu’individu sur ce que ça implique pour soi dans une perspective d’évolution de carrière.


Il est impossible de prévoir précisément comment les métiers vont évoluer ces prochaines années, et cette tendance n’est d’ailleurs pas nouvelle. Qui aurait pu imaginer il y a 15 ans que nous serions aujourd’hui en mesure de construire une maison à l’aide d’une imprimante 3D ? Les experts s’accordent à dire qu’un fort pourcentage des métiers qu’exerceront nos enfants n’existe pas à ce jour.

Il y aura donc une évolution à la fois dans le contenu du métier mais aussi des compétences à posséder pour exercer ce métier. Pour ces dernières, une disctinction ultérieure peut être marquée : les compétences techniques (« hard ») et les compétences personnelles et transversales (« soft »). 

S’il est difficile de prédire le futur des compétences « hard », il est primordial de réfléchir aux compétences « soft » qui semblent indispensables pour faire face aux changements sur le marché du travail futur. Dans notre pratique, nous en avons identifié cinq.

Tout d’abord, la connaissance de soi : savoir quelles sont ses forces, ses ressources, sur lesquelles s’appuyer lors de moments d’incertitudes, tout comme ses limites, est un atout précieux qui permet de se positionner clairement et de s’affirmer tout en demandant de l’aide quand on en a besoin.

La seconde, la flexibilité, permet de s’adapter positivement et de faire face efficacement à de nouvelles tâches ou procédés.

Troisièmement, la capacité de prise de recul qui permet d’analyser les situations de façon globale et de reposer les choses afin de trouver les solutions les plus adaptées.

Le sens critique constructif complète le tableau, avec la capacité à percevoir et expliciter les limites du changement de manière objective, dans l’optique d’améliorer ce qui est mis en place.

Enfin, la capacité à apprendre et à tirer des apprentissages de ses expériences passées permet d’optimiser la qualité de ses choix et d’évoluer de manière constante. 

En somme, tout un programme pour les compétences « soft » du futur ! En tant qu’employeur, on touche à la fameuse notion de « potentiel » qui est sans doute l’un des critères de décision dont on ne pourra plus se passer. En tant qu’individu en recherche d’un nouveau challenge, une réflexion menée sur ces différentes compétences peut permettre de se démarquer.

Identifiez des exemples de situation où vous avez mobilisé ces ressources, apprenez à les expliciter de manière claire et synthétique, et vous accrocherez à coup sûr l’attention du recruteur.

Magali Ecabert
Consultante
  

24 heures