Savoir dire les choses – et les dire bien – pour mieux avancer

Monde de l'emploi General

© 24 heures, 4.04.2018

Dans toute relation, la personne qui nous fait face peut difficilement deviner nos besoins, nos envies ou nos attentes, aussi empathique soit-elle !

Au mieux, elle les devine et tombe juste, au pire, elle part dans de fausses interprétations qui conduiront probablement à des malentendus et/ou de la frustration des deux côtés. Il apparaît donc indispensable de communiquer ces éléments de façon claire et explicite si on veut avoir une chance de faire passer son message.


Il peut parfois être difficile de s’exprimer notamment lorsque cela touche un aspect émotionnel. On se retrouve alors dans des situations où l’on en dit trop, pas assez ou encore où on le dit de façon inadaptée. La communication est donc un outil précieux qui répond à certaines règles et il est important de se montrer adéquat pour optimiser l’impact de son propos.

Par exemple, on évite en principe de dire à son chef dans le couloir alors qu’il se rend à une importante réunion qu’on se sent lésé dans la répartition des nouveaux projets ou dans l’organisation des vacances. Il s’agit de veiller à communiquer de la bonne manière, au bon moment et au bon endroit.

Si les aspects temporels et situationnels de nos échanges dépendent davantage du contexte sur lequel on a peu de marge de manœuvre, notre manière de communiquer peut, elle, s’appuyer sur différents concepts, attitudes ou techniques qui sont transférables d’une situation à l’autre. L’un d’eux, par exemple, répond au doux nom d’assertivité.

C’est un terme qu’il n’est pas (encore) habituel d’entendre et qui pourtant, représente une attitude-clé pour optimiser la qualité des échanges. Etre assertif, c’est savoir s’affirmer tout en respectant l’autre. On ose dire les choses, mais on est aussi capable d’entendre la réaction de l’autre et de l’accepter pour ce qu’elle est. Au final, on s’inscrit dans une dynamique « gagnant-gagnant » où les besoins de chacun sont satisfaits grâce notamment à la qualité et l’efficacité de la communication.

Il apparaît dès lors important de, premièrement, ne pas attendre que la réponse, le changement ou la proposition ne viennent de l’autre, mais bel et bien de se positionner soi-même et d’exprimer les choses. Il s’agit ensuite d’être attentif aux mots utilisés et à la façon de les dire.

Préparez-vous, privilégiez les faits et verbalisez vos sentiments et votre ressenti. Cela ne garantit pas d’obtenir ce que l’on veut mais permet de s’assurer que son interlocuteur soit dans de bonnes dispositions pour nous entendre et être ouvert à notre besoin.

 Magali Ecabert
Consultante

24 heures