Articles

Se mettre a son compte… A quoi faut-il penser ?

Reconversion

© 24heures, 20.01.2011

L’idée de vous mettre à votre compte vous trotte dans la tête depuis déjà un certain temps ? Les causes de cette envie peuvent être multiples : reprise de l’entreprise familiale, besoin de changement, projet de longue date ou bien encore chômage.


Dans cette situation, il s’agit de ne pas se tromper et de vous assurer que votre motivation est bien basée sur une réflexion appropriée et non sur une lubie. Ainsi rassuré par votre analyse, vous pourrez vous lancer confiant et à 100% dans ce nouveau projet.

Quelles étapes clés ?

Il n’existe pas de méthode miracle afin de s’assurer la réussite. Il s’agit tout d’abord de faire un point de situation clair quant à différents éléments clés. Cette réflexion peut s’apparenter à un bilan de carrière : combien d’année d’expérience possédez-vous dans le domaine de votre future entreprise, quelles sont vos compétences techniques (informatiques, linguistiques,…) et vos compétences personnelles et interpersonnelles (capacité de contact, négociation, orientation client,…) ? Vous pouvez ensuite vous attaquer à des aspects plus concrets de votre projet, à savoir : créer un business plan, faire une analyse de marché (de la concurrence), réfléchir à un partenariat, étudier vos moyens de financement ainsi que le statut juridique de votre future entité. N’hésitez pas à faire appel à des personnes expertes afin de vous conseiller lors de ces différentes étapes (banques, associations,...).

Avantages et inconvénients !

Il faut bien admettre qu’être son propre patron semble parfois idyllique. Le fait de ne pas devoir rapporter à une encombrante hiérarchie ou de pouvoir prendre des décisions seul semble évoquer le paradis pour certains. Se mettre à son compte procure ce type d’avantages et augmente ainsi le degré de satisfaction de celui qui aspire à plus de responsabilités et de liberté.

Il faut cependant noter certains désavantages, à commencer par l’importante prise de risque financière. Si vous décidez de vous lancer dans ce type de démarche, faites à attention à ne pas prétériter votre retraite en cas d’échec et assurez-vous de pas vous retrouver totalement démuni si vous deviez repartir à zéro. Autre point négatif, les charges de travail physiques et psychiques se révèlent très importantes principalement en début d’activité, la polyvalence est plus que nécessaire et beaucoup disent se sentir seuls.

Un dernier conseil : Pensez à ne pas trop laisser de côté vos proches, qui peuvent s’avérer être une ressource primordiale dans le bon développement de votre projet, tant en terme de soutien logistique qu’émotionnel.

Gaëlle Aerni
Psychologue du travail

24heures