Transfert de compétences et gestion des connaissances : il est temps d’agir !

Monde de l'emploi

© 24heures, 14.10.2010

La situation est bien connue : la génération des baby-boomers part en retraite depuis quelques années déjà et, avec eux, ce sont d’innombrables compétences qui s’en vont. Les conséquences de ces départs sont multiples : perte de mémoire organisationnelle, d’expertises, de connaissances et d’expériences et donc un défi majeur pour les entreprises de gérer la relève et les connaissances pour survivre à ces départs.

On en parle beaucoup mais combien agissent ?
Ces sujets sont au cœur des problématiques ressources humaines depuis une bonne dizaine d’années, cependant rares sont les entreprises ayant réellement mis au point un système de gestion des connaissances et de la relève. Dans l’imaginaire, ces projets impliquent souvent une refonte organisationnelle et des aménagements bien trop importants pour des bénéfices pas toujours mesurables dans l’immédiat. On hésite donc à agir… et c’est bien dommage ! En réalité, cela peut être plus simple qu’il n’y paraît et les bénéfices retirés sont de grande valeur. Seul hic pour les têtes dures: chiffrer concrètement un tel projet est comparable à calculer le retour sur investissement d’une carte d’abonnement dans une bibliothèque… !
Quelques idées pour débroussailler le projet de transfert de compétences :
1. Faire l’inventaire des connaissances de l’entreprise et en évaluer les besoins futurs

Toutes les connaissances ne seront pas utiles pour garantir l’avenir et la pérennité de l’entreprise. Il est ainsi important de lister puis de hiérarchiser les compétences présentes afin de décider desquelles feront l’objet d’un transfert.

2. Prendre conscience des acteurs du transfert et leur fournir de bonnes raisons d’y participer

L’un des premiers pas à faire est de se recentrer sur les individus concernés, car ce sont finalement eux qui seront les acteurs de cette transmission de connaissances. Un transfert de compétences s’appuie en effet essentiellement sur la bonne volonté individuelle pour stocker et diffuser les informations. Plusieurs leviers d’actions liés aux ressources humaines sont alors clés pour la réussite du projet : aménager le temps de travail, inscrire le résultat du transfert dans l’évaluation des collaborateurs, proposer éventuellement un bonus lié à l’atteinte du résultat fixé et créer un module de formation spécifique.

3. Valoriser l’échange

Créer un climat propice au partage et à la transmission des connaissances est l’une des clés de réussite de ces projets. La culture d’entreprise, par exemple, sera un élément facilitateur du projet si elle prône les échanges et les synergies plutôt que la compétition et la concurrence. La confiance est elle aussi importante : il ne s’agit pas de pousser les seniors plus rapidement vers la porte de sortie !!

4. « Marketer » votre projet

Le projet doit être porté en interne, valorisé et doit intéresser les collaborateurs. Une communication interne ciblée, positive et efficace contribuera à faire de ce projet une réussite et à récolter l’adhésion des collaborateurs. Il est finalement crucial de penser à valoriser les seniors et à démystifier le travail inter-générations.

Julie Knezevic
Psychologue du travail

24heures