Articles

Comment profiter au maximum d’une expérience d’assessment

Monde de l'emploi

© 24heures, 20.05.2021

A l’heure actuelle, bon nombre de processus de recrutement pour des postes à responsabilités intègrent un assessment, qui n’est autre qu’une évaluation des compétences personnelles et interpersonnelles, pour les candidat-e-s finalistes.

Du point de vue du/de la candidat-e, cette étape peut être source de stress et de questionnement, notamment lorsqu’il s’agit d’une première expérience. Pourtant, indépendamment de l’issue du recrutement, le fait de bénéficier d’un regard externe, neutre et objectif sur ses compétences constitue en soi une opportunité positive.


Nous sommes aujourd’hui bien au fait du principe d’adéquation entre une personne et un poste (Person-Job fit), ainsi qu’entre une personne et une organisation (Person-Organization fit), qui régissent en grande partie le succès des organisations et l’épanouissement professionnel des individus. On sait également que les conséquences négatives d’un recrutement raté sont importantes tant pour le/la candidat-e que pour l’entreprise.

Il est donc essentiel que l’engagement se fasse en suivant un processus rigoureux et aussi objectif que possible, dans l’intérêt de tous. C’est dans ce cadre que les évaluations de compétences prennent toute leur importance, car elles permettent d’apporter des informations sur le niveau de maitrise du candidat ou de la candidate par rapport à des éléments précis, sélectionnés selon le poste à repourvoir. En principe, l’assessment à lui seul ne suffit pas à décider de l’engagement d’une personne, mais il intervient comme un outil puissant d’aide à la décision.

Le mythe de l’évaluateur qui est là pour « piéger » le candidat ou la candidate est aujourd’hui dépassé. La plupart des cabinets d’assessment sont attentifs à faire vivre à la personne une expérience certes de défi mais dans un cadre bienveillant et transparent. En tant que candidat ou candidate, vous voilà donc face à une demi-journée ou une journée remplie d’exercices tels que mises en situation, entretiens, ou encore tests psychométriques.

En sachant cela, on peut à mon sens aborder l’assessment avec deux états d’esprit : soit avec une forme de méfiance envers la démarche et son impact sur la décision finale, ce qui implique une volonté de se montrer sous son meilleur jour, voire de tenter de dissimuler certaines informations, soit au contraire avec ouverture et authenticité, en gardant en tête que si son niveau de compétences actuel ne devait pas suffire pour le poste, cela est peut-être pour le mieux.

Il faut en effet considérer, si on se fie à l’importance des P-J et P-O fits, que l’on risque fort de n’être finalement pas épanoui dans la fonction que l’on visait. D’expérience, je peux affirmer que les candidats et candidates qui se sont présenté-e-s dans cet état d’esprit ont non seulement vécu une journée beaucoup plus enrichissante et intéressante, mais qu’ils ont tiré une réelle plus-value du feedback de l’évaluation qui leur a permis d’avancer dans leur positionnement et leur développement professionnel. Osez donc être transparent-e, sincère et capable de remise en question en assessment : vous en ressortirez, quoiqu’il arrive, gagnant-e !

Magali Ecabert
Consultante
 

24heures