Articles

Le développement des compétences au service de l’épanouissement professionnel

Monde de l'emploi

© 24 heures, 23.01.2020

Lors d’une nouvelle rencontre, la question « qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » est posée très rapidement. On pourrait y lire entre les lignes la demande « raconte-moi comment tu occupes ton temps, j’aurai ainsi une idée de qui tu es, de ce que tu aimes et de ton niveau social». 

Finalement, l’importance accordée à cette question reflète la place qu’occupe notre activité professionnelle dans notre société, où le métier exercé est en lien direct avec l’identité profonde. D’ailleurs, nous y investissons souvent la majeure partie de notre temps.

L’épanouissement professionnel est donc central pour la satisfaction personnelle de bon nombre d’entre nous. Et y a-t-il un meilleur moment que le début d’année pour ouvrir la réflexion à ce sujet ?


Partons de la base : les êtres humains étant complexes et différents, les manières d’atteindre l’épanouissement professionnel sont propres à chacun. Toutefois, il existe des facteurs généraux qui permettent à la majorité d’entre nous d’y parvenir : la sensation d’utilité, la nature stimulante des tâches, le respect de ses valeurs ainsi que des relations harmonieuses avec ses collègues et sa hiérarchie en sont quelques-uns, tout comme les conditions de travail, le statut ou les conditions salariales. Selon notre stade de vie et nos priorités, ces facteurs prennent plus ou moins d’importance.

Outre ces éléments, qui sont de nature contextuelle, il existe un levier sur lequel chacun a une marge de manœuvre importante pour améliorer durablement son épanouissement professionnel : le développement de ses propres compétences. L’auto-analyse continuelle de celles-ci, suivie des actions que l’on entreprend pour progresser, permettent de demeurer compétitif sur le marché tout en s’assurant de la cohérence entre ses aspirations et la direction professionnelle prise.

Tout comme l’épanouissement professionnel, le développement des compétences n’est donc pas une fin en soi mais un processus qui se construit continuellement selon ses besoins et ses objectifs de vie et, idéalement, en collaboration avec notre employeur.

Dans ce monde où le métier définit qui l’on est, on demande souvent aux enfants : « qu’est-ce que tu veux être quand tu seras grand ? ». Il y a 50 ans, John Lennon avait répondu « heureux ». Une réponse essentielle, semblant simple et qui passe certainement par la connaissance de soi et le développement de ses compétences. Le voyage en vaut la peine, et c’est tout ce que SCAN vous souhaite pour la nouvelle année !

Olivia Capua
Consultante
  

24 heures