Savoir collaborer pour plus d’efficacité

Monde de l'emploi

© 24 heures, 19.01.2017

Peu importe notre secteur d’activité, notre niveau hiérarchique nous sommes aujourd’hui tous amenés à collaborer. Le terme « collaboration » est aujourd’hui très répandu et nous avons tous l’impression de savoir collaborer. Mais il ne s’agit pas là de simplement « travailler avec ». Une réelle collaboration qui apporte efficacité et satisfaction demande un certain nombre de conditions. 


Le premier pas vers une collaboration réussie peut paraître banal mais il semblerait qu’il soit malgré tout difficile à entreprendre. Il ne s’agit ni plus ni moins de comprendre l’autre et de prendre conscience de l’impact que l’on peut provoquer sur autrui. En d’autres termes, c’est être capable de se décentrer de sa vision des choses ainsi que de sa propre manière d’agir et réagir face aux différents événements. Nous avons tous notre propre fonctionnement avec les atouts et risques qu’il comporte. Prendre le temps d’écouter et de comprendre son collègue, son subordonné, son supérieur, c’est aussi comprendre de quelle manière communiquer avec lui, c’est aussi comprendre où résident ses forces et à quel moment elles sont utiles. Et finalement, c’est également comprendre l’impact de nos propos ou actes sur cette personne afin d’éviter de la heurter ou la braquer.

Une manière de s’y prendre peut être de simplement questionner l’autre de manière ouverte et sans émettre de jugement. En lui demandant quel est son avis sur telle question, comment il a vécu cette expérience, ou encore ce qu’il a ressenti à l’annonce de telle nouvelle, etc. Il est stupéfiant de constater à quel point les interprétations et ressentis peuvent diverger d’une personne à une autre à propos d’une même situation. Plus nous sommes capables de nous décentrer de notre vision pour comprendre et intégrer celle de l’autre, plus nous avons de chance d’être efficace et surtout d’entretenir des relations de travail harmonieuses. La difficulté à collaborer d’un membre de l’équipe ne relève bien souvent pas de son unique responsabilité mais d’un contexte et d’un ensemble d’éléments. Comprendre et reconnaître ceci est un pas indispensable à l’amélioration de la situation.

Ces éléments semblent s’apparenter à des composantes du leadership car il s’agit là de gérer des relations humaines. Mais finalement nous sommes tous responsables, à notre niveau certes, du bon fonctionnement de la société pour laquelle nous travaillons. Nous contribuons tous à la cohésion de notre équipe et aux résultats positifs ou négatifs qu’elle génère. L’idée ici n’est pas de déresponsabiliser votre supérieur mais d’identifier ce que vous pouvez faire avec vos forces et votre singularité, sur quoi vous pouvez agir pour optimiser la collaboration, l’ambiance ou encore l’organisation du travail et ainsi apporter la plus-value escomptée. Il est facile de se plaindre lorsque quelque chose ne fonctionne pas de manière optimale mais il est encore mieux d’agir pour y remédier, avec en prime un sentiment d’accomplissement et de fierté. De  plus, en principe, les autres vous le rendront bien.

Amandine Loude
Consultante
  

24 heures